: LA CHAPELLE SIXTINE


Michel-Ange est un artiste mythique et ses œuvres sont connues de beaucoup de monde, sans que l’on ait forcément pris le temps de s’imprégner de sa pensée. C’est pourquoi Mr Benayoun proposera une analyse fine et accessible du plafond de la chapelle Sixtine et des sculptures du David et du Moïse.
Pour la chapelle Sixtine, nous nous focaliserons sur des œuvres majeures de l’artiste, tout en montrant leur lien avec le reste de la voûte.
Nous nous intéresserons à la représentation du corps, et verrons en quoi l’artiste exprime ses préoccupations personnelles, qu’elles soient artistiques, religieuses ou politiques.
En complément, nous étudierons l’influence de Michel-Ange sur les artistes de son temps et les générations suivantes.


Mardi 29 mars à 14h30.
Salle Europe, parvis de l’Hôtel de Ville, Enghien les Bains.                                                                                                      Par David Benayoun, professeur agrégé d’arts plastiques.                                                                                                  Prix de la conférence : 11€.

Naples entre croyances et superstitions 

Naples au XVIIIème siècle est une ville-monastère dominée par la puissance de l’Église. La religion est un puissant dispositif de pouvoir, mais elle incarne aussi un sentiment populaire. Les Napolitains honorent San Gennaro, leur saint patron lors de grandes processions. Ce pouvoir investit toutes les sphères de la vie quotidienne. C’est la raison pour laquelle il faut se référer à la religion pour comprendre comment les Napolitains organisent leur vie. La religion est une fête mais les superstitions ne sont jamais très loin.

Splendeurs de Naples au XVIIIème

Naples semble construite comme un amphithéâtre romain, avec ses collines en arrière-plan, et la scène dominée par le golfe où trône le Vésuve. Le résultat est une ville à la fois magnifique et étroite. La ville vit au XVIIIe sous le règne des Bourbons, son « heure la plus belle ». En effet, à partir de 1734, la ville redevient la capitale d'un royaume indépendant. Le siècle des Lumières est éblouissant : éclat de la chapelle "Sansevero", voix divines des castrats au théâtre San Carlo, magie de Pompéi dévoilée…. Toutefois, l'essor du nouveau royaume ne durera que très peu. À la fin du siècle, en 1799, la révolution jacobine est écrasée et avec elle les rêves de modernisation du pays.                                                                      Les jeudis 10 mars et 12 mai à 14h30.


Florence au Quattrocento
Au tout début du XVème siècle, Florence va vivre une nouvelle ère artistique. Un concours sera lancé pour la réalisation des deuxièmes portes du Baptistère situé en face de la cathédrale Santa Maria del Fiore. Lorenzo Ghiberti et Filippo Brunelleschi vont y participer. Ghiberti va être chargé de leur réalisation et Brunelleschi devra couvrir d’une coupole la croisée du transept de la cathédrale. Quant à Sandro Botticelli, il va réaliser ses premiers tableaux dans son atelier florentin, entouré par ses frères, après son apprentissage auprès de Frère Filippo Lippi.


Florence et les Médicis
Côme l'Ancien, Laurent le Magnifique, Côme 1er.... la famille Médicis a marqué l'histoire de Florence à partir du XVème siècle, début de la Renaissance en Toscane et pendant trois siècles. Hommes influents politiquement, intellectuels, mécènes...ils ont régné sur la capitale toscane et ont donné à l'histoire deux papes et deux reines à la France.


Les jeudis 19 mai et 2 juin à 14h30.


Salle Europe, parvis de l’Hôtel de Ville, Enghien les Bains.                                                                                                     Par Josseline Cometto, historienne d’art, diplômée de l’école du Louvre.                                                                                   Prix du cycle : 44€.